La petite histoire de Yangon

Après quelques mois d’absence, me voilà de retour pour vous conter de nouvelles anecdotes!

Yangon, dont le nom signifie « fin des combats » fut construite en 1755 par le roi Alaungpaya qui espérait qu’après cette conquête du pays vers le bas, il ne serait plus nécessaire de se battre. Mais ce n’est qu’en 1885 qu’elle devint capitale du pays après la conquête du nord par les anglais et la chute de Mandalay, dernier royaume birman du pays.

Les anglais quittèrent le pays en 1848 et abandonnèrent aux mains des birmans leurs bâtiments coloniaux qui furent transformés en habitations. Mais en 1988, le gouvernement en place décide de déplacer de force 15% de la population dans le nord est de la ville pour réhabiliter et occuper à nouveau ces bâtiments de l’époque coloniale qui devinrent bureaux, entreprises et appartements.

Aujourd’hui encore, à Yangon, on peut observer dans le sud de la ville, les anciens bâtiments coloniaux de naguère, mais beaucoup ont été laissé à l’abandon après le départ de l’administration en 2005.

Héritage des colons britanniques
Héritage des colons britanniques
Les bâtiments coloniaux à Yangon
Les bâtiments coloniaux à Yangon

Finalement presque 20 ans plus tard, en 2005, la junte décide de déménager la capitale, sur conseils d’astrologues avisés, à Nay Pyi Taw dans le centre du pays, cité imprenable et en réalité stratégique. Malgré cela, Yangon demeure le centre commerçant et diplomatique du pays, et de loin, la ville la ville important. Ses rues animées et ses marchés colorés à tous les coins de rue n’ont rien de comparable avec la nouvelle capitale, isolée et déserte, qui abrite d’immenses bâtiments administratifs froids et austères reliés entre eux par des routes goudronnées et éclairées de jour comme de nuit où il n’y a pas âme qui vive. Alors que le reste du pays peine à obtenir l’électricité celle-ci est gaspillée pour le caprice de quelques uns…

Je n’ai encore jamais mis les pieds dans la capitale, mais voilà déjà ce que l’on en dit…Update en novembre quand je pourrai en témoigner de visu!

Nay Pyi Taw, nouvelle capitale
Nay Pyi Taw, nouvelle capitale 
Dalah, le petit village de Yangon

Situé de l’autre côté de la Yangon River, Dhala n’a rien à voir avec la capitale économique du pays. Loin des grandes rues et de la vie active de Yangon, Dhala est un petit village de campagne loin des touristes et des voitures. Accessible en ferry, on fait le tour de la bourgade à trishaw sous le regard étonné des habitants.

La vie y est tranquille mais certainement plus difficile car les conditions restent précaires. Malgré tout, les villageois comme les enfants gardent le sourire aux lèvres et nous accueillent avec enthousiasme. Ce fut un vrai plaisir de découvrir cette vie locale et de partager des plaisirs simples, un bonjour, un salut et disparaissent les différences de  couleur de peau et de culture.

Arrivée à Dhala après la traversée de la Yangon River
Arrivée à Dhala après la traversée de la Yangon River
Beaucoup d'habitants se déplacent en barque
Beaucoup d’habitants se déplacent en barque
Joyeux, rieurs, farceurs, les enfants nous étonnent toujours
Joyeux, rieurs, farceurs, les enfants nous étonnent toujours

On joue au Chilon, sorte de football, mais avec une balle en osier et les règles sont un peu différentes et la difficulté bien plus grande.

Match de chilon entre villageois
Match de chinlon (sorte de balle en osier) entre villageois

J’ai même le droit à une déclaration d’amour 🙂

Original mais efficace!
Original mais efficace!

Au détour d’une rue se présente un temple que notre guide/conducteur de trishaw (vélo tricyle) nous conseille de visiter en précisant que nous avons de la chance car aujourd’hui se déroule une cérémonie particulière….Nous entrons donc dans ce petit temps et admirons les pagodes dorées et autres représentations bouddhistes lorsque l’on nous conduit dans une vaste pièce où des sons de prières retentissent. Curieux de découvrir l’objet de cette cérémonie, nous entrons. Tout le monde est assis par terre et répète des psaumes lancés par un moine sur une petite estrade. Rien d’anormal jusque-là excepté le moment où notre regard s’est tourné vers des pieds sortants d’un lit installé à droite de la pièce. D’abord intrigués, nous nous sommes vite rendu compte que la cérémonie spéciale était en fait pour rendre hommage au moine décédé il y a peu.
Dans la tradition bouddhiste, les corps sont gardés quelques jours au sein du temple, le temps de confectionner sa « pirogue sacrée » (il y a sûrement un autre nom pour cela) qui le conduira au nirvana.

Les différences de culture n’ont pas fini de nous surprendre!

A bord de notre trishaw...
A bord de notre trishaw…
Au détour d'un temple...
Au détour d’un temple…
Une rencontre surprenante...Les villageois s'agitent pour finir dans les plus brefs délais, la pagode qui mènera le moine vers l'au-delà...Confusing.
Une rencontre surprenante…Les villageois s’agitent pour finir dans les plus brefs délais, la pagode qui mènera le moine vers l’au-delà…Confusing.

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Aurélie

Publicités