Recherche

Une parisienne au Myanmar

et ailleurs!

Catégorie

Culture

Retour sur le Festival ALIMENTERRE

Mis sur pied fin 2007, le Festival Alimenterre organise la projection de films documentaires traitant des enjeux agricoles et alimentaires mondiaux sur la planète. Devenu incontournable dans le domaine, le festival anime désormais nos écrans en France et à l’étranger chaque année du 15 au 30 novembre. Un RDV à ne pas manquer en fin d’année !

Zoom sur l’édition 2015

Pour tous ceux comme moi qui n’ont pas pu assister à la projection des films de novembre dernier, voici un retour sur quelques documentaires disponibles en libre accès sur internet ou bien intéressants à se procurer. Reportages de qualité, ils ouvrent les yeux sur des sujets dont on parle souvent mais sans forcément en connaître le fond.

C’est l’occasion ou jamais de vous plonger dedans pour en sortir mieux informés et prêts à changer votre vision des choses !

http://www.festival-alimenterre.org/edition-2015/programme

rubon51-c1d26

Qui sont les organisateurs de ce festival ?

Ce Festival est animé par le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) mais il est coordonné en région par les différents pôles Alimenterre dont font partie de nombreuses structures hétéroclites.

http://www.festival-alimenterre.org/relais-festival

http://www.cfsi.asso.fr

Quel est l’objectif de ce festival ?

Loin des traditionnelles projections de films, ce festival oeuvre pour ouvrir les consciences et sensibiliser les foules parce qu’un autre monde que celui que l’on nous propose est possible mais aussi pour :

  • « Informer sur l’état actuel de la faim dans le monde, (ses paradoxes, ses causes économiques) et l’enjeu de nourrir le monde demain ;
  • Faire valoir le Droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire ;
  • Faire prendre conscience de la nécessité de soutenir une agriculture familiale, viable et durable au Nord comme au Sud ;
  • Et sensibiliser chacun à sa responsabilité de citoyen et sa possibilité d’agir par ses choix de consommation. »

Osons et creusons un peu plus le sujet : 

En allant faire un tour sur la plateforme de ressources en ligne Alimenterre :

http://www.alimenterre.org

En lisant le bilan général du festival 2014:

http://www.festival-alimenterre.org/sites/www.cfsi.asso.fr/files/bilan-com-fest-2014-bdef-vf_0.pdf

En se tenant au courant régulièrement des actualités et en cherchant à creuser les sujets dont on entend parler à la télévision 🙂

Regarder les documentaires du Festival :

Tous les documentaires projetés pendant la période du Festival ne sont pas en libre accès car cela représente beaucoup de travail et les auteurs ont besoin de protéger leurs oeuvres. Cependant, il y en a quand même quelques uns disponibles. J’ai fait ce travail de recherche pour vous 🙂

Instructifs et ludiques, ils apportent une vision moins démagogique que celles des politiques couramment propagées en abordant les sujets sans tabous.

Huile de palme, une huile qui fait tâche

zwalflxRéalisé par Emilie LANCON en 2013, ce documentaire fait écho à l’article que j’ai écrit sur l’huile de palme – c’est normal, j’y ai puisé des informations – puisqu’il détaille, argumente et illustre les conséquences de l’utilisation de l’huile de palme, décrit la réalité de la composition des produits de consommation courante et revient sur le quotidien dans les plantations de palmiers à huile et sur celui de ceux qui y travaillent. A VOIR !!

« Chips, biscottes, soupes en sachet, biscuits ou encore viennoiseries, l’huile de palme, la plus consommée au monde, est présente dans près d’un aliment industriel sur deux. On la trouve aujourd’hui dans les ateliers des chocolatiers jusqu’aux cantines scolaires.

Utilisée pour remplacer les graisses animales et certaines huiles végétales, elle n’est pas sans risque pour la santé. C’est pourquoi certains ont fait le choix de s’en passer. Mais par quoi peut-on la remplacer ? Tour d’horizon des alternatives possibles.

L’autre danger concerne l’environnement. En Indonésie, premier producteur mondial d’huile de palme, le marché fait vivre près de 20 millions de personnes mais détruit des forêts entières. Pour contrer ce phénomène, une filière durabletente de s’imposer. »

https://www.youtube.com/watch?v=ecsVh1xyK7s

https://uneparisienneaumyanmar.wordpress.com/2016/01/21/alerte-huile-de-palme/

Et Maintenant Nos Terres18_05_2015_affiche_emnt__0

Documentaire réalisé par Julien Le Net et Benjamin Polle en 2015 sur l’accaparement des terres en Afrique et sur la résistance héroïque paysanne. Il n’est pas disponible en libre accès mais un site dédié au film propose sa location pour seulement 5 euros. C’est un sujet dont on parle peu mais qui représente pourtant une bien triste réalité et un quotidien difficile pour les paysans locaux expulsés de leurs terres ancestrales au profil des grands groupes industriels qui se pressent au portillon pour se remplir les poches au passage sous couvert de nous offrir une plus grande diversité alimentaire…A méditer.

« Et Maintenant Nos Terres raconte l’histoire de trois résistants à l’accaparement des terres en Afrique, trois héros de la paysannerie qui défendent leurs terres et leur mode de vie face à des investisseurs étrangers.

Au Cameroun, Nasako Besingi fait reculer le projet d’une plantation de palmiers à huile porté par un fond d’investissement américain alors qu’Emmanuel Elong mène une alliance internationale de producteurs en négociation directe avec le groupe français Bolloré. La résistance s’organise également au Sénégal où les éleveurs peuls mobilisent la presse internationale dans leur combat contre un investisseur italien. Tous refusent d’abandonner leurs terres et se battent pour un autre modèle de développement agricole en Afrique.

Un modèle qui existe ! La preuve au Bénin avec le centre Songhaï qui forme chaque année des centaines de jeunes africains à une agriculture biologique et locale. Les alternatives à l’agriculture industrielle se multiplient et font leurs preuves en Afrique. Et Maintenant Nos Terres en fait le récit. »

http://www.maintenantnosterres.com 

Ceux qui sèmentmaxresdefault

Ce documentaire réalisé par Pierre FROMENTIN en 2014 et où interviennent 40 étudiants en agronomie présente la réalité de l’agriculture familiale. Qu’est-ce que c’est exactement ? Qui cela concerne t-il ? En quoi cette agriculture est-elle différente de l’agriculture industrielle ? En parcourant la planète à l’aide d’exemples divers et complémentaires, le jeune réalisateur présente ainsi les avantages et les limites de cette agriculture au caractère familial. Une véritable invitation au voyage et à la réflexion. 

https://www.youtube.com/watch?v=CMLigmrrEak

9.7

Réalisé par Victoria SOLANO en 2013, ce documentaire émouvant retrace la genèse et l’application de cette loi 9.7 dont l’esprit même va à l’encontre de pratiques millénaires qui ont participé à la survie de l’Homme, c’est à dire pouvoir replanter les graines des semences cultivées. Aberration la plus totale, c’est pourtant aujourd’hui une réalité pour de nombreux agriculteurs grâce à l’apport inestimable du Président Obama. Sous couvert de renforcer l’économie et l’agriculture américaine, il ne fait rien d’autre qu’appauvrir ses voisins. Le développement économique doit-il vraiment passer par cela ?

« La loi 9.70 interdit aux agriculteurs colombiens de conserver une partie de leur récolte pour l’utiliser comme semence. Son application est une condition du traité de libre-échange entre la Colombie et les États-Unis. En août 2011, dans le sud du pays, des forces de l’ordre confisquent et détruisent les sacs de riz produits par une vingtaine de paysans, en application de cette loi et au dépend de la sécurité alimentaire de la région. »

https://www.youtube.com/watch?v=TkQ8U2kHAbI

Kit « Oh la vache ! » : copier-cloner526366970

Si le documentaire complet du Kit « Oh la vache ! » : copier-cloner – http://www.festival-alimenterre.org/film/kit-«-oh-vache-»-marguerite-impacts-filiere-lait-francaise – n’est pas disponible en libre accès, un petit court métrage d’animation en fait une très bonne synthèse et met en évidence l’absurdité totale des méthodes actuelles utilisées dans l’élevage intensif. Pour ma part, cela me fait penser à cette fameuse ferme des 1000 vaches dont j’ai encore du mal à comprendre que l’on ait pu concevoir une telle chose…

https://www.youtube.com/watch?v=jphrYSDZr-Uillustration_copier-cloner_clouis_rigaud_2

Retour sur deux documentaires de l’édition 2014

Jus d’orange, une réalité acideOrangeRealisteAcide

Réalisé par Mériem LAY en 2013, ce film documentaire va au-delà de cette bouteille qui trône chaque jour dans nos frigos pour en comprendre la provenance et les conséquences de son exploitation.

« Un jus d’orange frais chaque matin… peu importe la météo, c’est un rayon de soleil sur la table du petit déjeuner ! Les Français raffolent de cette boisson, qui serait saine, naturelle et pleine de vitamines. Mais les publicités cachent une réalité bien plus acide. Nous suivrons durant 12 000 kilomètres le voyage d’un jus d’orange : des orange- raies brésiliennes jusqu’au réfrigéra- teur. Nous rencontrerons quelques pépins sur la route ! »

https://www.youtube.com/watch?v=AYte9e5eWao

FOOD SAVERS

SONY DSCArès Taste the waste qui dénonçait le gaspillage alimentaire en Europe, Valentin THURN réalise en 2013 ce nouveau documentaire en proposant des solutions pour limiter les dégâts et tendre vers une production et une consommation plus réfléchie.

Publicités

Une lueur d’espoir dans un fond de pénombre

A la suite des évènements qui ont secoué la France entière vendredi dernier et mobilisé la communauté internationale, le moral n’est pas au top en ces jours de deuil national.

Mais plus que jamais, la solidarité et l’entraide doivent reprendre le pas sur la peur et la psychose. Heureusement certains se bougent pour nous redonner espoir et rouvrir pour nous le chemin de la joie et de la bonne humeur !

Soyons et restons positifs !

Véhiculons le message optimiste de tous ceux et celles qui participent et s’activent chaque jour pour contribuer à construire un monde meilleur.

C’est dans cet état d’esprit qu’a eu lieu la semaine dernière l’ouverture du Festival Migrant’scène, organisé par la Cimade.

http://www.festivalmigrantscene.org

Mais la Cimade, qu’est-ce que c’est ?

logo-cimade

 « La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme. » (Article 1 des statuts)

http://www.lacimade.org

Créée en 1939 pour venir en soutien aux populations évacuées d’Alsace et de Lorraine, la CIMADE (Comité Inter-Mouvements Auprès des Evacués) joue aujourd’hui un rôle central auprès des populations déplacées en France.

Qu’ils soient migrants, réfugiés ou demandeurs d’asile, la Cimade les accompagne dans l’application de leurs droits et pour toutes les démarches qu’ils doivent effectuer une fois arrivés sur le sol français. Elle prévoit aussi des hébergements dans la mesure du possible.

Mais le rôle de la Cimade ne s’arrête pas là ! L’association agit également en véritable porte parole pour faire entendre la voix de ceux que l’on n’entend pas, en témoignant, en informant et en mobilisant le public au quotidien.

Elle s’associe à des partenaires à l’étranger pour venir en appui aux projets de défense des droits des migrants mais également pour valoriser leur rôle en tant que véritable acteur de développement et de construction de la paix.

Festival Migrant’scène, quesako ?

Depuis 2000, la Cimade met en place chaque année le Festival Migrant’scèneaffiche-migrantscene-idf qui a lieu jusqu’à ce week-end (le 28 novembre) avec pour objectif de renforcer la solidarité et l’entraide, de continuer à se battre pour sauver des vies et les amener vers l’espoir d’une vie meilleure, mais surtout pour lever le voile sur les réalités migratoires.

Qui sont réellement ces personnes, pourquoi et comment sont-elles arrivées en France ? Ce sont des questions que l’on se pose tous mais souvent sans prendre la peine d’y répondre ou d’y songer en profondeur. Malheureusement, c’est de la méconnaissance que naissent la peur, le rejet et les préjugés.

De cette façon, le Festival Migrant’scène fait le lien entre art, culture, solidarité et entraide.

De nos jours où l’actualité remet chaque jour un peu plus sur le devant de la scène la question des migrations et où la multiplication des conflits pousse des familles à fuir leur pays dans l’espoir de mettre leur famille à l’abri, les rencontres et les échanges sont importants pour mieux comprendre cette réalité.

Les migrations ont toujours été au cœur de l’histoire et de la structure des sociétés. Aujourd’hui pas plus qu’hier et pas moins que demain. Ce phénomène n’est ni nouveau ni dangereux, c’est la façon de le traiter qui mène à la crainte et aux amalgames. Alors ouvrons nos consciences et nos coeurs et ne laissons pas ces sentiments stériles prendre le dessus.

Parmi les artistes présents au concert d’ouverture, Gabriel Saglio et les Vieilles Pies, belle découverte qui redonne la pêche et l’espoir !IMG_3936

https://www.youtube.com/watch?v=rGfl9abmmFI

https://www.youtube.com/watch?v=uXG9wbnuodk

https://www.youtube.com/watch?v=2pDlUJy1HEQ

Encore quelques jours pour profiter du Festival jusqu’au 28 novembre !

Demandez le programme :

http://www.festivalmigrantscene.org/regions/bretagne-pays-de-loire/

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑